The Inspector Cluzo / 7 Weeks / Mama's Gun

The Inspector Cluzo
7 Weeks
Mama's Gun


Vendredi 3 mars. Une soirée carte blanche a été offerte par Des Lendemains qui Chantent au groupe 7 Weeks, avec lequel j'ai eu le plaisir de participer au visuel de leur nouvel album, A Farewell to Dawn. Une collaboration qui m'a valu une exposition de quatre photos de paysages sur des pierres à légende, aux côté de l'artiste Gilles Estines, peintre et graphiste de son état et de très grand talent, qui a également élaboré les pochettes des précédents albums de 7 Weeks. Exposition qui a durée tout le mois de février.

Cette soirée carte blanche a débuté à 17h30 avec un vernissage en bonne et due forme, a ensuite pris le chemin d'un concert où étaient invités des comparses d'horizons très différents : The Mama's Gun et The Inspector Cluzo.

The Mama's Gun entre en scène. Ce jeune groupe limougeaud que je ne connaissais pas jusqu'à présent me surprend par le stoner d'une grande maturité qu'il distribue, en variant les ambiances hypnotiques et les riffs lourds et agressifs, jouant à la fois sur la nostalgie du rock des 70's et sur une modernité totalement assumée. Un nom à suivre et une belle entrée en matière.

Puis c'est au tour de nos hôtes, 7 Weeks. Cela faisait huit ans que je ne les avais pas vu en live, et la première chose qui m'interpelle est l'ouverture du set qui fait preuve d'une mise en scène qui les classe à mes yeux comme un groupe qui doit désormais compter dans la scène rock francophone. La performance qui se déroule (trop vite) sous mes yeux est un enchaînement d'expérimentations sonores qui dépasse de loin le stoner conventionnel, comme une vague où les riffs nous submergent et les tempos plus atmosphériques nous apaisent. Le rendu du dernier album en live est une pure réussite, et que le groupe ait fait appel à moi pour l'élaboration du visuel un immense privilège. Merci à eux.

Et The Inspector Cluzo conclue la soirée. Un duo gascon de batteur et de guitariste/chanteur. Pas de bassiste. Une entrée sobre, des visages sérieux. La mesure est battue sur la caisse claire puis c'est l'explosion. Les interactions avec le public sont nombreuses, teintées d'humour et foisonnent de messages engagées en faveur du monde paysan et contre le consumérisme effréné et toutes les formes de discrimination, sauf celles envers les bassistes. Le rock 100% bio, le chant qui alterne entre puissance et clarté garanti sans OGM ni Autotune, la complicité flagrante qui règne entre les deux compères offrent un spectacle de très grande qualité, j'ai du mal à me concentrer sur les photos tant je prends mon pied. Et pour une fois, je reste jusqu'à la fin du set, caractérisée par la batterie mise en pièces et les éléments jetés un peu partout sur scène, avant de m'éclipser discrètement de la salle.


http://www.ardonau.net/inspectorcluzo/index.html

Articles les plus consultés